L’expérience de chauffe souterraine bat son plein

PRACLAY

La phase de démarrage de l’expérience de chauffe PRACLAY dans le laboratoire souterrain HADES à Mol a été menée à terme avec succès. Le 19 août, la contact entre la galerie et l’argile a atteint une température de 80°C. Cela marque le début de la phase de chauffe stable qui durera dix ans. L’expérience constitue un jalon essentiel du programme de recherche de l’ONDRAF, l’Organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies, consacré au stockage géologique de déchets radioactifs dans de l’argile. Le laboratoire souterrain HADES, qui accueille l’expérience, est construit au cœur de l’Argile de Boom, à une profondeur de 225 mètres sous les terrains du Centre d’Étude de l’Énergie Nucléaire, le SCK•CEN, à Mol.

Concrètement, pourquoi les chercheurs mènent-ils cette expérience ?

L’influence de la chaleur

Les déchets de haute radioactivité dégagent de la chaleur. Si ces déchets sont mis en stockage en profondeur, la température de l’argile qui se trouve autour des déchets augmentera également. Des expériences de chauffe à petite échelle ont déjà démontré que même en cas d’augmentation de température, l’argile conserve les propriétés qui lui permettent de piéger les substances radioactives. Les chercheurs entendent à présent confirmer et affiner les connaissances dont ils disposent déjà au sujet du comportement et des propriétés de l’argile en cas de chauffe à une échelle représentative d’une véritable installation de stockage. L’expérience PRACLAY offre en outre la possibilité d’étudier l’influence de l’augmentation de température sur la stabilité du revêtement en béton de la galerie dans des conditions comparables à celles d’une véritable installation de stockage. Ces connaissances revêtent une grande importance pour permettre l’évaluation de la récupérabilité des déchets. Enfin, cette expérience offre une occasion unique de tester la fiabilité des instruments de mesure utilisés en présence d’une température élevée et sur une longue période.

En visionnant la courte vidéo ci-après, vous en apprendrez davantage sur la préparation, l’évolution et les objectifs de l’expérience.

 

La phase de démarrage a été menée à terme avec succès

Les chercheurs ont commencé à chauffer la galerie PRACLAY le 3 novembre 2014. Pendant un peu plus de neuf mois, la puissance du système de chauffe a été progressivement augmentée, jusqu’à ce que le contact entre le revêtement de la galerie et l’argile atteigne la température visée de 80°C. Cela correspond à la température attendue dans une installation de stockage de déchets de haute activité. Les capteurs thermométriques situés dans les forages autour de la galerie permettent de suivre minutieusement la montée en température de l’argile. Outre la température, d’autres propriétés font également l’objet d’un suivi rigoureux, notamment la pression, la perméabilité et les caractéristiques chimiques de l’argile.

Le graphique ci-après présente la température à trois moments différents. Ces températures ont été mesurées dans un forage vertical (ligne jaune sur le graphique) qui part du centre de la partie chauffée de la galerie. Les températures mesurées confirment les connaissances existantes.

graphe

Illustration - Les pointillés représentent la température de l’argile en fonction de la distance par rapport à la galerie. Ces mesures ont été prises dans un forage vertical de 20 mètres de long (jaune sur l’illustration ci-avant). Au début, la température naturelle de l’argile est de 17° C (courbe bleue). Environ quatre mois et demi après le démarrage du système de chauffe, la température au contact entre le revêtement de la galerie et l’argile s’élevait à environ 52°C (courbe rouge), à 10 mètres de distance, l’influence de l’augmentation de la température ne se faisait pas encore sentir. On peut voir (courbe verte) que le 19 août, la température au contact entre la galerie et l’argile s’élève à 80°C. La chaleur se propage jusqu’à une dizaine de mètres dans l’argile.
 

Vous trouverez une description plus détaillée de l’expérience en cliquant ici. Pour obtenir une description technico-scientifique du concept et de toute l’installation de l’expérience PRACLAY, consultez le rapport « The Design and Installation of the PRACLAY In-Situ experiment » (en anglais).